"La demeure, on peut y aller, ou y rester, mais pas à demeure ; lieu de repos mais aussi de passage : on s’y recharge d’un peu de soi, de quelques gestes, de quelques rapports avec soi…posé, re-posé ; quelques signes de reconnaissance, et on repart, pour d’autres retours encore quand il n’a plus à faire ailleurs, quand l’ailleurs s’est épuisé ou nous a épuisés. Alors on rentre, chez soi, se faire caresser à distance par ses objets, ses murs."

 Daniel Sibony Entre-deux ; l’origine en partage